14/09/2011

un impôt injuste

Que les radio et TV de service public se paient au moyen de l'impôt, rien de plus logique, d'autant plus que l'on peut y accéder par une telle diversité de moyens électroniques d'accès libre. En revanche, que le montant de l'impôt soit le même pour chaque contribuable, quels que soient ses moyens, est d'une injustice crasse. Il est injustifiable d'exiger qu'un ménage qui gagne péniblement quelques dizaines de milliers de francs par année paie le même montant que celui qui engrange des millions. L'impôt direct et surtout progressif fut créé précisément pour mettre fin à ce genre d'injustice. La Suisse dispose de l'instrument - c'est la moindre des choses dans une démocratie. Il suffit donc d'incorporer le montant de cette charge dans celui de l'impôt fédéral direct.

Or notre parlement fait un deuxième saut arrière dans l'Ancien Régime en confiant la collecte de cet impôt à un fermier, c'est à dire à une entreprise privée (Billag SA) qui pour ses propres intérêts lucratifs se charge d'encaisser l'impôt et en prélever sa propre part avant d'en verser le solde à l'État.

C'est encore loin, 1789 ?

15:54 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Je suis d'accord avec vous en ce qui concerne Billag SA, C'est pas necessaire d'entretenir une pléiade de fonctionnaires pour encaisser un impôt dû par tout le monde. Et c'est précisément là que mon avis diverge du votre. L'impôt doit être le même pour tout le monde car le droit à l'information est le même pour tout le monde. Que diriez vous si on faisait payer plus cher la Tribune aux riches ? Ils n'ont que deux yeux et un qu'un seul cerveau, comme les pauvres.

Écrit par : L' Amer Royaume | 14/09/2011

Excellente remarque! L'invention de la facture Billag, sans dispense pour personne, notamment pas les personnes à l'aide sociale et les requérants d'asile, est une monstruosité. Et il me paraît fort étrange que les parlementaires ayant une orientation sociale n'aient pas fait changer cette loi depuis longtemps.

Écrit par : Jean-Pierre Thévenaz | 17/09/2011

Les commentaires sont fermés.