17/10/2011

L'heure des systèmes d'échanges locaux est arrivée !

Les banques ont la capacité de créer de l'argent, et elles en usent libéralement pour des montants invraisemblables. Lorsque les affaires tournent mal, les gouvernements accourent à leur rescousse avec des sommes correspondantes en monnaie réelle aux frais des contribuables. L'apport de la Confédération - donc de nous toutes et tous - au sauvetage de l'UBS aurait payé douze fois la modernisation souhaitée du réseau CFF de l'entier de la région lémanique ; le montant engagé par les contribuables genevoises et genevois pour sauver la BCGe aurait déjà payé la moitié de cette modernisation. Non loin de chez nous, les créanciers réduisent la population grecque à la misère tandis les gouvernements versent des milliards à ces mêmes créanciers.

Les banques ont pris les collectivités publiques en ôtage ; pour reprendre le slogan du mouvement désormais international "Occupy Wall Street", les 1% tiennent les 99% contre rançon.

Or les 99% disposent aussi de moyens de créer de l'argent, dont notamment des Systèmes d'échanges locaux (SEL) : (www.sel-suisse.ch). Les gens s'échangent des biens et des services en les comptabilisant au moyen d'une unité de compte créée entre elles et eux indépendante du bastringue financier régi par les banques soutenues par l'État.

Les SEL, qui ont su s'attirer la sympathie narquoise de certaines et de certains depuis leur invention dans une ville autrichienne au cours de la dépression des années 1930, ont évidemment attiré les foudres plus éclatantes des grands intérêts financiers, dont les fractions parlementaires au service des banques. Ces milieux, lorsqu'ils ne font pas appel au mythe nostalgique devenu mensonge du monopole de l'État sur la création de monnaie, nous font la leçon sur l'obligation de payer ses impôts, soulignant que les SEL peuvent facilement la contourner (c'est le cas de citer le dicton "l'hypocrisie est l'hommage que rend le vice à la vertu"). En France, où la jurisprudence se développe, les règles de sujétion des SEL à l'impôt se mettent gentiment en place (voir l'article 'Système d'échange local' dans Wikipédia).

Actuellement des mouvements populaires quoiqu'encore embryonnaires qui contestent l'hégémonie de la finance prennent de l'ampleur ä Genève comme à Zurich et ailleurs. C'est le moment pour les SEL de sortir du folklore pour prendre leur place de plein droit dans la panoplie des instruments d'échange à la disposition des collectivités et notamment des groupement locaux.

12:27 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Vive les SEL !!
Vive les échanges démonétarisés pour une économie plus humaine ! :)

Écrit par : Adrien Faure | 17/10/2011

Si on parle de la création monétaire par les banques, il ne faut pas oublié que celle-ci est le privilège des états qui la délègue aux banques moyennant certaines conditions (qui ne sont pas toujours respectées). Les banques et aussi des particuliers prêtent de l’argent à l’état et les contribuables payent les intérêts alors que l’état peut créer cet argent sans payer des intérêts. C’était le cas d’ailleurs par exemple en France jusqu’à 1974. Nos impôts diminueront si l’état ne payera plus d’intérêts. D’ailleurs si la BNS rachètera une partie importante des obligations de l’état suisse le cours du Franc baissera et ce sera sans risque.

Écrit par : Ernest Hamsag | 18/10/2011

Intéressant votre article.

Je ne sais pas si vous savez, mais dans certaine région allemande il existe des monnaies locales. Ces dernières sont utilisées pour subvenir à des buts tout aussi locaux. Par exemple, en payant dans une de ces monnaies locales l'argent utilisé ira pour la construction d'une école.

Ces monnaies ont un court avec l'euro. Dans les magasins on peut payer dans l'une ou l'autre. Enfin, elles peuvent utilisé pendant un certain laps de temps. Je n'ai malheureusement pas de lien à vous donner mais si je les retrouve je vous en ferai part volontiers.

En conclusion, il semblerait que les hommes veulent retrouver le pouvoir de battre monnaie puisque ce pouvoir national a été abandonné pour notre bien selon les menteurs qui gouvernent.

Bien à vous.

Écrit par : plume noire | 18/10/2011

Les commentaires sont fermés.