14/11/2011

Comment soigner les entorses (au marché)

Que Novartis souhaite fermer son site de Nyon et délocaliser ses activités à l'étranger pour augmenter ses bénéfices, tout cela entre parfaitement dans la logique du marché. Cependant, les entreprises pharmaceutiques suisses augmentent leurs revenus en vendant leurs produits en Suisse au-dessus du prix du marché grâce à une protection officielle contre la concurrence des importations. Cela est parfaitement contraire à la logique du marché.

Si les fruits de cette protection servaient à soutenir la recherche et la production en Suisse, l'entorse pourrait à la rigueur se défendre sans se soigner à la pommade (Voltaren). Or Novartis nous révèle que la protection ne sert qu'à alimenter ses bénéfices déjà considérables et à conforter dans la foulée la rémunération de son président (qui, rappellons-le en passant) dépasse à elle seule la rémunération de l'ensemble des licencié-e-s de Nyon).

Soyons cohérents, défendons le marché. Que les autorités politiques ouvrent sans délai le marché des médicaments aux importations parallèles.

12:45 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Finement analysé et bien envoyé ! Hélas , la cohérence ne semble pas faire partie de la main de plus en plus visible du marché...amitié, Laurence

Écrit par : Fehlmann Rielle Laurence | 14/11/2011

Les commentaires sont fermés.