02/02/2012

Payer ses impôts, en Suisse et ailleurs

 

Les Érythréens en Suisse seraient soumis à un impôt érythréen de 2% sur le revenu, d'après un récent article de la Tribune. Si c'est bien le cas, l'Érythrée ne ferait que suivre l'exemple des États-Unis qui imposent les revenus de leurs citoyens à l'étranger. D'ailleurs Mme Hildebrand, de nationalité étasunienne, s'est couverte d'opprobre en tentant de s'y soustraire.

De toute façon, l'Érythrée a fourni les conditions dans lesquelles ses travailleurs émigrés ont pu grandir et se former. Elles sont certes frustes, le pays étant très pauvre, mais il est quand même en droit de tenter de se faire rembourser une partie des frais qu'il a encourus et dont d'autres pays profitent. Et la Suisse pour sa part ne se prive pas d'attirer une main d'œuvre étrangère dont elle n'a pas eu à supporter les frais de production.

La Suisse fait de gros efforts pour aider les États-Unis, pays grand et puissant, à récupérer ses impôts. Elle pourrait faire au moins un petit effort pour aider l'Érythrée, petit pays démuni, à en faire de même et mieux encore sous des conditions plus équitables que celles, plutôt bricolées, qui semblent régner actuellement.

L'article retient à charge de l'Érythrée que l'impôt contribuerait à payer les dépenses militaires du pays. Soit, mais là aussi elle ne ferait que suivre l'exemple des États-Unis, dont les dépenses militaires dépassent le total de celles de tous les autres pays du monde.

Or la Suisse refuse de reconnaître l'objection de conscience au service militaire comme justifiant l'asile politique. Dans ces conditions, elle ne peut a fortiori pas s'ériger contre l'obligation de contribuer aux dépenses militaires de son pays d'origine. Il serait évidemment préférable que la Suisse se rangeât derrière l'opinion mondiale courante en acceptant de reconnaître le droit à l'objection de conscience comme droit humain universel.

 

 

11:16 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Très bien raisonné! Je suis à 100% d'accord.

Il s'agit de l'impôt citoyen :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Imp%C3%B4t_citoyen

Et il me semblerait tout à fait normal que quelqu'un qui a deux passeports paye des impôts dans les deux pays dont il est le citoyens quel que soit son lieu de résidence. Les droits (de vote, de passeport, etc.) s'accompagnent de devoirs (l'impôt).

Écrit par : Johann | 02/02/2012

Beaucoup d'idées dans un seul billet. Cela s'appelle un "brainstorming" ...

Mettre sur le même plan l'Érythrée et les États-Unis s'agissant des droits de ces deux pays à lever des impôts sur leurs ressortissants respectifs résidant à l'étranger, il fallait oser, mais cela n'est pas pour me déplaire.

Certes on peut arguer des frais engagés par ces deux pays pour la formation de leurs ressortissants respectifs, encore que pour l'Érythrée cela me semble assez limité tout de même. Même si ce pays est très frustre, on voit qu'il n'est pas à court d'idées. Celles-ci sont probablement inspirées des méthodes de la maffia calabraise. L'Italie n'a-t-elle pas occupé ce pays jadis ? ça laisse des traces.

Quant à la Suisse, elle ne fait aucunement appel à de la main-d'oeuvre érythréenne que je sache. Pour la main-d'oeuvre US c'est une autre affaire, celle-ci arrive avec les bagages de "Procter & Gamelles" et autres "Cars Girls".

Dernier point s'agissant de la non-reconnaissance par la Suisse du statut d'objection de conscience pour ses propres enfants, alors qu'elle accorde le statut d'objecteurs aux Érythréens, c'est bien vu ! Je vous suggère de soumettre ce problème à Ueli Maurer, lui qui s'ennuie à mourir à Berne, cela le sortira de sa léthargie.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 03/02/2012

Recruter un expatrié vaut plus cher qu'un simple citoyen, et le salaire dépend aussi de la valeur de la monnaie d'où vient l'expatrié. Soumettre le même taux d'impôt sur le revenu nécessite une grande étude suivant le pays. Mais à savoir où vont ces impôts, soit dans la caisse nationale du pays où un expatrié travaille ou retourne indirectement à son pays d'origine. c'est quand même décevant si les impôts contribuent tout simplement aux dépenses militaires mais doivent surtout aider les sans abris, ou par exemple faire des subventions aux agriculteurs.

Écrit par : faire part | 08/02/2012

Les commentaires sont fermés.