01/04/2012

L'arbitre ne siffle pas

 

M. Hildebrand a profité d'informations privilégiées pour empocher d'un coup un pactole de la valeur du salaire annuel médian suisse, ce qui n'est pas rien. Ses collègues à la Banque nationale suisse n'ont rien vu, ou rien vu à redire. Les autorités de surveillance non plus.

Pour mettre le holà à ce genre d'entente entre gens de bonne compagnie, il a fallu une dénonciation venue d'en dehors du cercle enchanté. Ce genre d'action est indispensable au bon fonctionnement des institutions, à la bonne gouvernance. Il est évidemment contraire aux bonnes manières, et si ce sont des gens en position d'autorité qui déterminent les bonnes manières, il risque d'être en plus contraire à la loi.

Pourtant les lanceurs d'alerte - whistleblowers en anglais - ont mauvaise réputation en Suisse. On les pourchasse volontiers, plus volontiers que réprimer les abus qu'ils dénoncent. Les Anglais disent aussi two wrongs don't make a right - deux torts ne font pas une justice. Voire. Quoi que l'on pense par ailleurs de la politique de M. Blocher, et quelle que soit la légalité de son action dans ce cas précis, la population suisse peut lui être reconnaissant d'avoir mis au jour une pratique contraire à l'intérêt public.

On peine à délimiter un cadre de protection pour la délation qui sert l'intérêt public. Cela devient une urgence pour nos législateurs. La paire de cas Hildebrand/Blocher montre cependant qu'il ne faut pas laisser les politiciens et les lobbyistes y travailler seuls entre eux. Il faut au préalable un large débat public pour déceler l'état présent des normes morales à ce propos.

Le débat sur les salaires abusifs s'avère actuellement fécond. Nous faut-il un nouveau Minder pour lancer une initiative sur les whistleblowers ?

 

 

10:38 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Article intéressant.
Néanmoins j'ai entendu dire que la partialité de Blocher dans cet acte de délation n'était pas à démontrer. Cette dénonciation n'a rien d'héroïque, semble-t-il, puisqu'elle était clairement intéressée. L'ancien Conseiller Fédéral mériterait bien que les règles du jeu lui soient rappelées, à mon humble avis.
Très cordialement,

Écrit par : Grégoire Barbey | 01/04/2012

Les commentaires sont fermés.