11/05/2012

Le Conseil fédéral nous ramène au moyen âge.

 

Jusqu'ici, on payait une taxe pour recevoir les émissions de radio et de TV. Rappelons qu'une taxe est un paiement pour un service rendu. Celles et ceux qui ne recevaient pas ses émissions ne payaient donc pas la taxe.

Maintenant les autorités fédérales proposent de remplacer cette taxe par un impôt. Un impôt est un paiement obligatoire aux autorités publiques sans contrepartie directe. Sous le prétexte hors de propos que l'on peut aujourd'hui capter des émissions radio et TV sur des appareils autres que des radios et TV, on réintroduit le plus régressif et rétrograde des impôts qui soit : la capitation, un impôt d'un montant unique que tout le monde doit payer quelle que soit sa condition. Le président de Novartis comme le chômeur payera 400,-.

En France ce genre d'iniquité fut supprimé en 1789, à l'aurore de la Révolution. En Angleterre, Mme Thatcher provoqua sa propre chute, précédée d'émeutes, lorsqu'elle tenta de le réintroduire en 1990.

Pour dorer tant soit peu la pilule, les autorités proposent que certains miséreux, les bénéficiaires de rentes complémentaires, en seraient excusés. Mais du même coup elles proposent que tout entreprise d'un capital de moins de 500'000,- en serait aussi dispensée. Nous venons de voir la combine aux réserves défiscalisées que les grandes entreprises "remboursent" actuellement à leurs actionnaires au lieu de payer des dividendes imposables. Croyez-vous vraiment qu'aucune de ces entreprises ne détienne dans son escarcelle une filiale à moins de 500'000 francs ? Si elles n'en détiennent pas encore, elles sauront vite combler la lacune.

Refusons la capitation. L'impôt progressif est la base de toute fiscalité équitable.

 

 

09:41 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Monsieur Dommen

Entièrement d'accord avec vous, d'autant que déjà dit une fois ou l'autre sur ces blogs:

Internet est un espace neutre et libre. Y met son site qui veut. Ce n'est donc pas parce que la Tsr ou la Rsr ont mis le leur qu'autrui devrait payer sous le vil prétexte qu'il pourrait les capter. Trop facile...veul et lâche.

Le numérique permet justement le payement au pro-rata, moyennant un portail abonnement par exemple. Pour la Tsr, c'est chose faite je crois, mais pas sûr. Que la Rsr fasse pareil.

Forcer un impôt équivaut à donner un soutien obligatoire à nos médias, que leurs programmes soient merdiques ou non, soumis à telle entité ou non...une lente déification de l'électronique, comme si l'actuelle ne suffisait pas déjà...

Je finis hors sujet...

Actuellement, des fous furieux veulent rendre la planète TOUT électronique. Des fous furieux s'imaginant prendre le pouvoir total de notre petit monde...

Je leur dis ceci... Pauvres Taches !

Cordialement

Écrit par : absolom | 11/05/2012

Je suis aussi opposé à tout impôt par tête de pipe et il faudrait avoir le courage politique de supprimer cette redevance tout bonnement.

Par contre pour les 500'000.-, il s'agit du chiffre d'affaire annuel et non de la capitalisation.

Écrit par : Fufufu | 11/05/2012

Les commentaires sont fermés.