14/05/2012

Mieux vaut être riche et en bonne compagnie …

 

Le long procès BCGe se termine enfin, mais en eau de boudin. Les deux réviseurs se sont arrangés et les responsables écopent de jours-amende avec sursis, tandis que les contribuables genevois continuent de payer les vastes dégâts de l'inconduite de ces messieurs. Comme d'habitude, le chef n'a rien vu et cela suffit à le disculper. À quoi ça sert alors, un chef ?

Après l'UBS où, malgré le refus des actionnaires de voter la décharge au conseil d'administration, tant la banque elle-même que les autorités fédérales ont refusé de leur faire un procès, qui s'étonnera ?

Le moindre voleur à la tire souffre des foudres de la police, de la justice et des gens bien-pensants, malgré qu'il n'extraie que des cacahuètes de votre poche par rapport à ce que la BCGe vous en a tiré, mais on ne se chicane pas entre gens de bonne compagnie.

Bref, si jamais vous ne vous en étiez pas encore rendu compte, il y a une justice pour les riches et une autre pour ... les autres.

 

 

09:24 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Cette justice à deux vitesses, cela va prendre fin très bientôt, croyez-moi, des collectifs de citoyens très bien organisés vont enrayer ce fléau qui est une atteinte aux "vrais" droits démocratiques.

Écrit par : Le comte de Monte Cristo | 14/05/2012

Les commentaires sont fermés.