13/09/2012

Pour Romney, l'argent n'a pas d'odeur.

On ne s'étonne pas que Crédit Suisse et UBS soutiennent Mitt Romney aux élections présidentielles étasuniennes. On s'étonne en revanche que le candidat accepte des subventions de ces deux entreprises et de certains de leurs employés (l'article de la Tribune du 13 septembre ne cite aucune femme parmi eux). L'inconduite des deux banques par rapport aux lois des États Unis, ainsi que de milliers de leurs employé-e-s de l'avis même de leurs employeurs, est notoire. M. Romney n'a-t-il aucune pudeur ? Ne craint-il pas au moins pour sa réputation ?

22:49 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.