19/12/2012

La FINMA et ses copains

La crédibilité de la FINMA, déjà bien entamée, vient de prendre encore un coup. 

À propos du LIBOR, elle conclut qu'UBS a gravement violé la législation suisse, par le biais notamment de services de la banque à Tokyo. Elle prend soin cependant de mettre hors de cause tout haut dirigeant de la banque d'alors. Mark Branson, qui dirigeait UBS Securities Japan à l'époque incriminée, et actuel chef de la division banques de la FINMA, n'a donc rien à voir avec l'affaire. Quelle chance. 

Il s'était certes récusé pendant cette procédure, mais cela suffit-il pour convaincre le public de l'impartialité de l'agence ? D'ailleurs un banquier qui a côtoyé les coupables pendant deux ans sans rien remarquer, est-il crédible comme surveillant de la bonne conduite des banques ? 

09:47 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Comme vous j'en doute! Je me rappelle lorsque BASF s'est approprié CIBA il y avait de drôles de manipulation du cours des actions.....j'en avais même fait un message tonitruant à la Finma en lui demandant si vraiment elle tenait son rôle de contrôleur. Bizarrement tout était devenu statique!
Nous sommes dans un monde de magouilles en tous genres, et comme tout le monde est complètement inondé d'infos contradictoires, il est difficile de bien comprendre.....et pendant ce temps les "loups" dévorent tranquillement.

Écrit par : Corélande | 19/12/2012

et pendant ce temps la place financière de Londres s'appuie sur l'Union Européenne & potes
pour dévorer tranquillement tout ce qui dépasse de son horizon
bâton lancé étant -pour l'instant, "la fraude fiscale" en Suisse,
histoire de faire oublier les LPO's

Écrit par : Pierre à feu | 20/12/2012

Les commentaires sont fermés.