14/04/2014

Et la grande criminalité ?

Les deux candidats au poste de procureur général se sont surtout préoccupés dans leur campagne des "petites frappes", de la criminalité de rue. Il y aurait pourtant fort à faire à Genève à propos de la grande criminalité internationale.

11:45 Publié dans Genève | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bonne question. Vous posez la seule question qui dérange vraiment et qui n'a jamais été abordée dans une attaque frontale concernant des dossiers gérés par Olivier Jornot, par son contradicteur Pierre Bayenet.

C'est pour cette raison, que comme le blog de Citoyens pour la Justice publique, vous n'êtes pas dans les blogs des invités, vous n'êtes pas même dans les blogs citoyens. Vous pouvez vous estimer heureux que votre question ne soit pas simplement censurée.

Sur la base de dossiers, répondre à votre question est assez simple. Les classes dominantes, disons l'oligarchie genevoise de droite, celle qui tient une bonne partie des leviers du capital à Genève n'ont qu'une hantise, c'est que l'opinion publique prendre connaissance de ses magouilles.

Olivier Jornot étant un politicien avant d'être un procureur général- son discours disant le contraire, mais les faits sont tétus- son clan, les libéraux d'affaires l'a soutenu pour que les scandales n'éclatent pas. C'est aussi simple que cela. Il s'agit de la criminalité d'affaires indigéne, totalement dans l'impunité.
Quant à la grande criminalité internationale, elle rapporte tellement de fric même à l'Etat de Genève, concernant les blanchiments immobiliers par milliards depuis au moins 40 ans, que ces grands criminels sont dans l'impunité totale.
Logiquement, ce sont des Etats hors de Suisse, pillés par l'oligarchie financière criminelle globalisée qui blanchit depuis Genève, ce sont ces Etats à la suite des Etats-Unis et de l'Europe qui vont attaquer la Suisse. Et elle n'aura aucune arme pour se défendre contre la réalité des faits. Elle mettra en avant,ses bons offices de pays neutre, ce qui est vrai. Mais cela pèsera peu dans la balance.
Le peuple de Genève, qui s'est abstenu de voter à 65% pour l'élection du procureur général sait qu'il a peu de prise sur des forces qui le dépasse. Et pourtant, ce sont les minorités actives qui ont toujours imprimé les changements radicaux progressistes à travers le monde. Cela devra inspirer les activistes genevois, pressentant la catastrophe car en avance sur leur temps.

Pierre Pittet , président de la CJP, Citoyens pour la Justice publique.

Écrit par : pierre pittet | 14/04/2014

Oui, me semble en effet que ce sujet là mériterait que l'on s'y penche très sérieusement.

Écrit par : Jmemêledetout | 14/04/2014

Quand les citoyens évoquent un sentiment d'insécurité dans la rue ce sont avant tout les petites frappes, les dealers qui trainent dans la rue dont ils craignent et pas les banquiers véreux qui blanchissent l'argent sale.

D.J

Écrit par : D.J | 14/04/2014

Les commentaires sont fermés.