30/01/2015

Votez oui à l'initiative "taxe sur l'énergie"

L'initiative des verts libéraux, *remplacer la TVA par une taxe sur l'énergie" coule de source. Pour que l'économie de marché fonctionne correctement, tous les prix doivent correspondre aux coûts engendrés, car si les acheteurs ne les payent pas eux-mêmes, d'autres les payent à leur place.

Les prix de l'énergie ne couvrent pas leurs coûts.  Par exemple, le prix du carburant ne couvre de loin pas les coûts du réchauffement climatique et le prix de l'électricité nucléaire couvre encore moins les frais de gestion des déchets radioactifs, sans compter les coûts d'éventuels accidents catastrophiques. Une taxe écologique augmente le prix de l'énergie, ce qui encourage les consommateurs à en consommer moins. C'est déjà un grand pas dans la bonne direction.

Atout complémentaire, la proposition des verts-libéraux supprime la TVA. En bon français, une taxe est un paiement pour un service rendu tandis qu'un impôt est un prélèvement sans contrepartie directe qui sert à payer un ensemble de services fournis pour les autorités publiques. La taxe sur l'énergie est effectivement une taxe.

La TVA n'est qu'un impôt, et plutôt injuste au demeurant. La justice fiscale veut que les contribuables soient imposés selon leur capacité de payer. Le montant de la TVA sur une paire de chaussures est la même que ce soit un riche ou un pauvre qui l'achète, bien qu'un montant identique soit une charge plus lourde pour le pauvre que pour le riche.

11:15 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Facebook

Commentaires

Savez-vous qui a inventé la TVA ?
Giscard d'Estaing dans les années 70. Il fut ministre des finances puis président de la France avant d'être remplacé par Mitterrand.
Et savez-vous que la TVA représente l'une des ressources fiscales les plus importantes d'un pays ?
Et savez-vous que la TVA suisse est la plus basse d'Europe ?
Et savez-vous que sa suppression pour être remplacée par une taxe sur l'énergie ferait monter le prix de l'essence à 4 ou 5Fr/litre ?
Et avez-vous pensé à ce qui se passerait si tel était le cas ?
Bien le bonjour Monsieur !

Écrit par : Lambert | 01/02/2015

Vous avez parfaitement compris mon argument. On dit que le total des coûts économiques, sociaux et environnementaux de la combustion d'un litre d'essence est d'environ 5 francs. Le prix que vous évoquez correspond à ce coût. D'autre part, une augmentation aussi sensible du prix encouragerait vivement les usagers de véhicules à moteur à repenser leurs déplacements.

Écrit par : Edouard Dommen | 01/02/2015

Oui au principe, non à la charge artificielle handicapante que cela ajouterait aujourd'hui et dans les 15 à 20 ans à venir à la conjoncture économique et à la recherche scientifique.

Ce serait la mort assurée de la recherche, aujord'hui bien développée, dans le domaine de la physique des hautes énergies en Suisse, qui poursuit justement le but de développer des énergies alternatives aux énergies fossiles, une recherche particulièrement développée en Suisse et particulièrement délaissée par les grandes puissances otages des compagnies pétrolières assoifées, elles, de profits.

Non Monsieur. Pas de taxe avant de disposer d'une source d'énergie alternative maîtrisée capable de produire ces hautes énergies.

Cela équivaudrait à se jeter d'un avion en vol en croyant être capable de créer un parachute avant d'atteindre le sol.

Écrit par : Chuck Jones | 01/02/2015

"D'autre part, une augmentation aussi sensible du prix encouragerait vivement les usagers de véhicules à moteur à repenser leurs déplacements."

Bien sûr que non. Tous les automobilistes de Genève, de Bâle, du Tessin, bref de toutes les régions frontalières iraient s'approvisionner dans les pays voisins. A 5 CHF le litre, même les Zurichois iraient. Les déplacements seraient effectivement "repensés", mais pas dans le sens que vous désirez. A Genève le litre de SP95 est dans le meilleur des cas à 1.43 CHF. En France je l'ai vu à 1.23 Euro. Et vous croyez que beaucoup vont déjà hésiter à franchir la frontière?

"Le montant de la TVA sur une paire de chaussures est la même que ce soit un riche ou un pauvre qui l'achète, bien qu'un montant identique soit une charge plus lourde pour le pauvre que pour le riche.Si la TVA est un "impôt sur la capacité de payer."

Non, monsieur. Le riche s'achète des produits de marques qui coûtent plus chers et paie donc plus de tva que le pauvre qui s'achète des chaussures démarquées à un prix 80% inférieur.

Avez-vous réfléchi que votre raisonnement sur la tva comme un impôt injuste s'applique tout aussi bien à l'énergie? Sauf que le riche qui peut se payer chaque année une voiture dernier cri (avez-vous comptabilisé le bilan énergétique de sa fabrication?) avec une consommation d'essence toujours plus réduite, payera moins de taxe que le pauvre pékin qui roule avec sa voiture depuis 10 ans et qui n'a pas les moyens de s'acheter une voiture neuve.

Sans compter qu'il existe une tva réduite pour les biens de première nécessité et que la santé est exempte de tva. Alors qu'avec votre "taxe" même la santé serait touchée.

Cette initiative est une véritable usine à gaz qui prévoit ds exceptions dont on ne sait rien à l'avance.

Face à l'augmentation des coûts de production (y compris le chauffage des locaux!) en Suisse et la distorsion de concurrence qui en résulterait vis-à-vis de l'étranger, tout le monde économique suisse va faire barrage.

Votre initiative sera rejetée à plus de 80%.

Écrit par : Johann | 01/02/2015

@ Edouard Dommen
Non, je n'ai pas du tout compris votre argumentation.
Il est effectivement exact que les usagers de véhicules à moteur repenseraient leurs déplacements. Ils achèteraient des chars à bœufs.
Et les chaudières à mazout seraient remplacées par d'épais rideaux et des gros pullovers. La famille se réunirait dans le salon autour d'un feu de bois.
Et dans les immeubles locatifs tous les locataires se retrouveraient réunis dans un local unique autour d'un gros poêle à bois.
Quelle belle vie !

Écrit par : Lambert | 01/02/2015

Et faudra pédaler sur le vélo à gégène pour lire votre blog sur Internet.

Écrit par : Chuck Jones | 01/02/2015

Le vrais risque c'est de laisser notre économie dépendre d'énergie fossiles dont les prix vont se mettre à flamber d'un moment à l'autre, cela peut-être dans 5, 10 , 20 ans... peut-être même avant la fin de l'année. C'est si on attend le tournant énergétique, pris par la force des choses, fera mal à notre économie !

La TVA est bien plus nocive pour la R&D que la TE, c'est une vexation administrative pour nos PME et une taxe sur le travail et l'innovation.

Et pour votre gouverne le prix de l'essence ne montera pas à 5 chf avant longtemps. Au rythme de la consommation actuelle la taxe financerai l'état avec une augmentation du prix de l'essence de 1.20 chf (le conseil fédéral a revu ses chiffres). Et inutile d'argumenter que la consommation baisserai tellement que le prix monterai très vite à 5 chf ! La demande en combustible fossile est inélastique: on a vu tripler les prix de l'essence au états unis quand le baril a atteint 150$, la consommation n'a quasi pas baissée.

L'usine à gaz c'est la taxe prévue par le gouvernement, qui en plus de ne pas prévoir de compensation (telle que la suppression d'une autre taxe de montant équivalent) est clairement elle une usine à gaz.

La proposition est clairement économique bien pensée, le FMI lui même propose l'idée dans son ouvrage "The right price of energy: from principle to practice". Mieux pensé en tout cas que l'autre solution qu'on nous refourguera derrière.

Et le statut quo n'est pas possible non plus, outre le fait de rendre notre économie dépendent de ressource étrangère (gaz, pétrole, uranium), la consommation d'énergie fossile induit des problèmes qui se répercutent sur notre qualité de vie et notre santé.

Alors arrêtez de bougonner en croyant que les choses peuvent rester comme elles sont, le risque n'est plus de se lancer alors qu'on n'a pas testé notre parachute (qui est déjà cousu... pas besoin d'attendre que les énergie renouvelables atteignent la même densité énergétique que le pétrole, elles sont fonctionnelles). Le risque c'est de rester dans un avion aux gouvernes bloquées qui fonce droit sur une falaise!

Écrit par : Laurent Jospin | 03/02/2015

Les commentaires sont fermés.