26/04/2015

Non à l'impôt inique

Grâce au succès d'un référendum, le peuple votera le 14 juin sur "l'impôt des médias". Il ne s'agit en effet pas d'une redevance ou d'une taxe, mais bel et bien d'un impôt. Une taxe est un paiement obligatoire due en contrepartie d’une prestation, un impôt est un prélèvement obligatoire mais sans lien direct avec une prestation particulière. Cet impôt  est inique puisque tout le monde sera obligé de payer le même montant, quels que soient ses moyens ; un milliardaire payera le même montant qu'une serveuse de café. Au Royaume-Uni Mme Thatcher a provoqué des émeutes aboutissant à sa propre chute en proposant un impôt pareil en 1990 (son infâme "poll tax").

Avec l'évolution de l'électronique on peut certes maintenant capter les émissions par d'innombrables moyens, on n'a plus besoin de posséder d'appareil radio ou TV : l'assise de l'ancienne redevance est dépassée. Puisqu'il faut bien toujours payer ces services dont tout le monde peut profiter, il est normal de le faire par le truchement des impôts. Mais la Suisse dispose de l'impôt fédéral direct (IFD), bien rôdé et surtout progressif : les riches paient proportionnellement plus que les moins riches, ce qui n'est que justice. Il est équitable de payer les services radio/TV par ce biais. On peut même au besoin augmenter l'IFD en conséquence, d'autant plus que l'on supprime la charge de la redevance radio/TV antérieure.

La justice sociale nous appelle à voter NON.


J'avais posté un blog semblable au début de l'année, mais c'était trop tôt : c'est maintenant que la campagne est bel et bien lancée qu'il faut rappeler cette vérité élémentaire de la justice fiscale.

14:26 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

La contre-partie, c'est un système d'information public de qualité. Il s'agit bien d'une taxe.

Effectivement, au nom de la justice sociale, il faudrait en transférer les montants perçu vers l'impôt sur le revenu (IFD) afin que les contribuable aisé paient plus et que les modestes en soit exonérés.

Écrit par : El Captain | 26/04/2015

Et que pensez-vous des primes d'assurances maladie ?

Savez-vous que la Suisse est le seul pays d'Europe à pratiquer une "taxe" comme vous dites. Cet impôt pour l'assurance maladie obligatoire est inique puisque tout le monde est obligé de payer le même montant, quels que soient ses moyens ; un milliardaire payera le même montant qu'une serveuse de café.

Écrit par : Terrier Alain | 27/04/2015

La justice sociale nous invite à voter non à "l'impôt des médias".
Ce sera fait.

On voudrait avoir le même moyen à disposition pour voter non à l'assurance maladie obligatoire ... sans omettre de redire en passant que cette assurance aujourd'hui est inique parce que dévoyée. En ses débuts, appréciée unanimement, l'assurance maladie était calculée pour ne poser aucun problème aux salariés les plus modestes et "facultative"!

Le travail des femmes, d'appoint souvent, au départ, puis double salaire du couple titilla bien sûr les prédateurs...Sans oublier non plus que c'est aux socialistes que nous devons l'assurance maladie obligatoire aux primes toujours plus élevées/prestations à la longue diminuant de façon mesquine.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 27/04/2015

"Puisqu'il faut bien toujours payer ces services dont tout le monde peut profiter".

S'il y a quelque chose d'inique dans cette histoire de redevance, ce n'est pas tant la méthode du prélèvement ou sa quotité, c'est plutôt de prétendre qu'on peut ponctionner de force des gens pour leur fourguer un service dont ils ne veulent pas.

C'est exactement ce que font les mafias qui offrent leur protection et rackettent les commerçants en échange.

On croit rêver mais non, votre position consiste à prétendre qu'il est injuste que la mafia ponctionne chaque commerçant du même montant pour la protection, elle devrait ponctionner en fonction du chiffre d'affaire.

Ma position consiste à dire que l'idée même d'un prélèvement forcé pour un service dont on ne veut pas est le coeur de l'injustice.

Comble des combles, l'injustice du prélèvement obligatoire se double chez les socialistes d'une prétention à le faire par l'impôt non égalitaire, comme si alors que le service est le même pour deux citoyens, l'un devrait payer plus que l'autre. Vous allez chez le coiffeur, bénéficiez du même service, payez-vous le même montant? Si oui, pour les socialistes c'est injuste, celui qui gagne plus doit payer plus alors qu'il reçoit exactement le même service.

Shakepseare écrivait dans Richard III (acte I, scène 3) le vers suivant qui s'applique très bien aux gens comme vous:

"Je drape la vile nudité de ma scélératesse sous quelques vieux haillons volés à l’évangile et passe pour saint à l’heure où je fais le diable".

Entre "l'infâme" Thatcher comme vous dites et les anges socialistes comme vous, j'ai choisi: je prends Thatcher.

Écrit par : Frederic Bastiat | 28/04/2015

"La justice sociale nous appelle à voter NON."

"Justice sociale", qu'est-ce donc que ce curieux animal que les socialistes invoquent à tort et à travers? Demandez à dix socialistes ce que c'est et vous aurez dix réponses différentes. Ce qu'on comprend très vite quand on gratte un peu, c'est que la "justice sociale" est un concept creux, en fait un simple label, que les socialistes invoquent pour faire passer une mesure quand sur le fond ils n'ont strictement aucun argument réel à faire valoir.

Parmi l'ensemble des concepts de novlangue qui inverse complètement les valeurs, invoquez celui de justice sociale et vous aurez vaincu votre adversaire sur le champs: plus besoin de justifier quoi que ce soit, le label se suffit à lui même pour l'emporter.

Nonobstant, s'il s'agissait de justice, vous diriez simplement "justice". Le fait que vous deviez accoler un mot supplémentaire, à savoir "sociale", montre bien que ce concept relève de principes qui sont complètement différents de ce qu'on entend communément par la notion de justice.

Et quand on regarde ce que les socialistes mettent derrière ou ce qu'ils prétendent justifier quand ils l'invoquent, leur "justice sociale" c'est l'exact opposé des principes les plus élémentaires de justice.

Écrit par : Frederic Bastiat | 28/04/2015

Les commentaires sont fermés.