06/06/2015

HSBC : du racket, mais encore…

Le procureur général renonce à enquêter contre HSBC en échange d'un paiement de 40 millions de francs. En bon français, cela s'appelle du racket. Ainsi, en Suisse comme ailleurs la justice s'achète : ceux qui ont les moyens peuvent se payer une place au-dessus des lois. HSBC s'est acheté la tranquillité.

Le procureur général entérine l'inégalité de traitement : au téléjournal il a dit que cette pratique ne s'étendrait pas à d'autres banques vulnérables. HSBC s'est donc acheté un privilège au détriment de ses concurrents. 

 

Tout cela pour 40 millions. Par rapport aux avantages et pour reprendre le mot mémorable d'un précédent banquier, c'est des peanuts.

10:18 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Et encore plus "penauds" par rapport aux milliards dépensés par les contribuables du monde pour sauver les banques au bord du gouffre il n'y a pas si longtemps.

Écrit par : Mère-Grand | 06/06/2015

Scandale, j'espère que ces politiciens au gd blabla porterons plainte c'est de Deal. Je croyais que M. le Procureur de la république et canton de Genève n'aimait pas les dealers.

Écrit par : philemon | 06/06/2015

Plutôt que du racket, c'est de la corruption institutionnalisée!

Écrit par : Emile Zola | 13/06/2015

Les commentaires sont fermés.