24/02/2018

Conversons les uns avec les autres, refusons « No Billag »

Pour défendre l’initiative « No Billag » dans La Tribune du 23 février, le dr Romoscanu suppose que la Suisse n’est peuplée que d’individus isolés dont la rationalité ne tient compte que de leurs intérêts propres : nul besoin de converser les uns avec les autres. Il se place ainsi dans le sillage de Mme Thatcher qui prétendait que « la société n’existe pas ».
Or, comme disent les alémaniques, la Suisse est un Willenstaat, un État construit à la force de la volonté de ses citoyens de vivre ensemble. Puisque les alémaniques sont assez nombreux, leurs médias se passeront sans doute sans peine de redevances publiques, mais les médias romands, italophones et autres seront précarisés et marginalisés. Confrontés au choix entre le züritütsch et le français de France, que choisiront les romands ? L’identité nationale s’effilochera, chacun partant de son côté.
Calvin avait une vision autrement plus radicale de la société. « Dieu pourrait donner telle abondance à un chacun, que nul n’aurait affaire du secours de l’autre, mais il veut éprouver la dilection et fraternité que nous avons ensemble, quand nous communiquons ainsi les uns avec les autres… » ; « Dieu ... veut qu’un chacun s’emploie pour ses prochains, que nul ne soit adonné à son particulier, mais que nous servions tous en commun. »

11:45 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook