• Jaw jaw is better than war war

    Michael Møller, le récent directeur de l’Office des Nations unies à Genève, propose d’associer l’industrie du tabac aux débats onusiens pour limiter les dégâts du recours au tabac. Sa proposition est accueillie avec effroi.

    À une certaine époque, le Norvégien Johan Galtung, premier professeur au monde d’études pour la paix, occupait un poste à l’UNRISD (Institut de recherche des Nations unies pour le développement social, alors au Petit-Saconnex). Il en profitait pour servir d’aiguillon à des débats parmi les fonctionnaires de l’ONU sur des questions de fond. À l’époque il était question de comment s’attaquer au commerce de la drogue. Les narcotraficants connaissent les rouages de leur métier mieux que quiconque ; si l’on veut prendre des mesures efficaces pour restreindre ce commerce, mieux vaut consulter les experts, conseillait Johan Galtung. Son conseil fut accueilli avec effroi.

    Pourtant l’expérience a prouvé depuis lors qu’il eût mieux valu l’écouter que de subir l’interminable fiasco de la Guerre contre la drogue.

    Churchill disait « Jaw jaw is better than war war. » ( discuter vaut mieux que guerroyer)