• Soyons audacieux : les générations futures payeront les pots cassés 

    La Suisse envisage de signer un accord de libre-échange avec plusieurs pays exportateurs d’huile de palme destructrice de forêts tropicales. De nombreuses ONG ainsi que les Verts s’y opposent.  Selon le no. de février du journal d’Attac Suisse « le Conseil fédéral a toujours refusé d’effectuer des études de l’impact sur l’environnement de ces accords commerciaux en prétextant un manque de fiabilité des méthodes. »

    Cet argument se moque du principe de précaution, l’un des fondements du développement durable. Selon le Principe 15 de la Déclaration de Rio de 1992, « Pour protéger l'environnement, des mesures de précaution doivent être largement appliquées par les Etats selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l'absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l'adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l'environnement »